dimanche 28 août 2016

Pietro d'Abano

Between Text and Tradition. Pietro d’Abano and the Reception of Pseudo-Aristotle’s Problemata Physica in the Middle Ages

Edited by Pieter De Leemans & Maarten J.F.M. Hoenen

Leuven University Press
ISBN 9789462700635


The commentary of Pietro d’Abano on Bartholomew’s Latin translation of Pseudo-Aristotle's Problemata Physica, published in 1310, constitutes an important historical source for the investigation of the complex relationship between text, translation, and commentary in a non-curricular part of the corpus Aristotelicum.
As the eight articles in this volume show, the study of Pietro’s commentary not only provides valuable insights into the manner in which a commentator deals with the problems of a translated text, but will also bring to light the idiosyncrasy of Pietro’s approach in comparison to his contemporaries and successors, the particularities of his commentary in light of the habitual exegetical practices applied in the teaching of regular curricular texts, as well as the influence of philosophical traditions outside the strict framework of the medieval arts faculty.


Notes about the contributors

Maarten J.F.M. HOENEN – Pieter DE LEEMANS
Pietro d’Abano between Text and Tradition: Introduction

Danielle JACQUART
Pietro d’Abano: médecin ou philosophe?

Pieter DE LEEMANS
Ego, Petrus Paduanus, philosophie minimus alumpnorum. Pietro d’Abano’s Preface to his Expositio Problematum
Aristotilis

Joan CADDEN
Sex and Sensibilities in the Medieval Problemata Tradition: Pietro d’Abano and His Readers

Gijs COUCKE
From Abstinence to Promiscuity: Men, Beasts and Eunuchs in the Expositio Problematum of Pietro d’Abano

Béatrice DELAURENTI
La compassion selon Pietro d’Abano: contamination et action à distance

Christian MEYER
Entre musique et philosophie de la nature: le défi de la section XIX des Problemata Physica aristotéliciens

Iolanda VENTURA
Botany, Dietetics, and Pharmacy in Pietro d’Abano’s Expositio Problematum: On Sections XX, XXI, and XXII

Françoise GUICHARD-TESSON
Pietro d’Abano traduit et recyclé par Évrart de Conty

Index codicum manu scriptorum

Index nominum

Prélude et conséquences de la Grande Peste

Before and After 1348: Prelude and Consequences of the Black Death,

Call for papers

Panel organized by Monica Green, email: monica.green@asu.edu.

The 14th-Century Society has very graciously permitted me to host a session on the Black Death at Kalamazoo next year. The ICMS/Kalamazoo meeting will be held, as it always is, at Western Michigan University in Kalamazoo, Michigan. Dates are 11-14 May 2017. Here’s the general information on the Congress: http://www.wmich.edu/medievalcongress.

Abstract: The “new paradigm” of Black Death studies has adopted the findings of recent paleogenetics and evolutionary understandings of Yersinia pestis's late medieval genetic diversification to see the Black Death as a much broader epidemiological phenomenon than previously realized. Although Black Death narratives are usually told from the perspective of western Europe, it is in fact likely that much of Eurasia and North Africa was affected by the newly proliferating organism. And in many of those areas, we know now, plague “focalized,” becoming embedded in the local fauna and thus persisting for years, or even centuries, thereafter. This session invites work that looks both at the late medieval pandemic’s origins before 1348 (whether in China or other places in central Eurasia) and its after-effects, including the 1360-63 pestis secunda. Cultural as well as scientific approaches are welcome.

The official Call for Papers will be available from the conference organizers by mid to late July. It lists Debra Salata, of the 14th-Century Society, as the official contact person, but I would appreciate it if you could send proposals directly to me: monica.green@asu.edu
Paper proposals (a one-page abstract and a Participant Information Form) are due to session organizers by September 15. The links to information on this process and the Participation Information Form may be found at http://www.wmich.edu/medievalcongress/submissions.

Needless to say, submissions (and eventual presentations, if accepted) must abide by normal Congress rules: http://www.wmich.edu/medievalcongress/policies. You may wish to know that the newly created Contagions: Society for Historic Infectious Disease Studies will also be sponsoring two sessions, tentatively entitled "Historic Landscapes of Disease,” and "The Great Transition: Climate, Disease, and Society in the Late Medieval World: A Roundtable on Bruce Campbell’s New Book.” For info on those sessions, please contact Michelle Ziegler, zieglerm@slu.edu.

samedi 27 août 2016

Les voleurs de cadavres

Bodysnatchers. Digging Up The Untold Stories of Britain’s Resurrection Men


Suzie Lennox

Imprint: Pen & Sword History
Pages: 133
ISBN: 9781783463428
Published: 6th July 2016


In this chilling history of the bodysnatching trade, the stories of Britain's lesser known Resurrection Men are told. Here are the stories of the men who robbed graves during the winter months of 1742 - 1832, selling fresh cadavers to anatomists up and down the country all in aid of medical advancement. The murders of Burke and Hare often dominate the macabre tales of bodysnatching, but the stories of Henry Gillies, William Patrick and Joseph Grainger are all just as gruesome. Stories involving medical students and anatomists are retold as we discover the cases that have become hidden in history. 

Anatomy schools, short of fresh cadavers for dissection would pay high prices for corpses, asking no questions about their origins. This resulted in the criminal underworld of the ‘Sack ‘em up Men’ or bodysnatchers, which spread fear and horror throughout the United Kingdom. It’s time to discover these lesser known stories about Britain’s often forgotten history.

Réunion d'histoire de la santé

15e réunion d'histoire de la santé

Organisée par la Société d'histoire et patrimoine pharmaceutiques de basse-Normandie (Caen) et la Conférence rennaise d'histoire de la médecine et de la santé (Rennes)



Samedi 10 septembre, de 10 heures à 16 heures
à l'Abbaye de Hambye (près d'Avranches)

Accueil entre 9h45 et 10 heures

L'épidémie de choléra de 1832
M. Bernard Beck, Caen

Une correspondance récemment publiée : Bretonneau, Velpeau, Trousseau.
Dr Alain Caubet, Rennes

Saignare, Pugnare... des humeurs à l'hirudologie
Dr Guy Gaboriau, auteur d'Outils de la santé et de la méd'ecine d'autrefois (2004), Vannes
Le docteur Gaboriau présentera les instruemnts de sa collection s'y rapportant.

Napoléon a-t-il été assassiné ? un exemple de la démarche scientifique
Dr Jean-EZudes Hunault, Sai

Journal de guerre d'une civile de Périers-sur-le-Dan 1940-1945
M. Jacques Le Carpentier, Caen

vendredi 26 août 2016

Une correspondance entre deux médecins humanistes

Une correspondance entre deux médecins humanistes. Johann Crato von Krafftheim, Girolamo Mercuriale

Édité par Jean-Michel AGASSE, Concetta PENNUTO


Droz
2016
344 p. 
ISBN 978-2-600-01875-3

Tous deux sont médecins et fameux en leur siècle : l’Italien Girolamo Mercuriale et le Polonais Johann Crato. Ils se rencontrent à Vienne en 1573. Le premier, après avoir servi le cardinal Farnese, est à l’aube d’une brillante carrière universitaire et enseigne pour l’heure à Padoue. Le second, onze ans plus âgé, est au service de Maximilien II depuis 1564. Son dévouement aux Habsbourg lui vaudra à la fin de sa vie le titre de « Médecin de trois empereurs ». Leur rencontre est brève, sans doute guère plus de vingt jours, ils vont s’écrire douze ans, jusqu’à la mort de Crato. Plusieurs des lettres proposées ici sont inédites, aucune n’avait jamais été traduite en français. On y débat bien sûr de médecine, de politique, de religion, mais le quotidien s’y taille la part belle : postes à pourvoir, polémiques, tumultes de la cour et de la vie universitaire, derniers livres parus, sans oublier cette question essentielle : comment faire passer de Transylvanie à Padoue une paire de chevaux ?

Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés au XVIe siècle

Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés au XVIe siècle

Appel à contributions

Le Verger, revue en ligne du site Cornucopia, consacre son onzième numéro aux "Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés, au XVIe siècle" , en lien avec une partie du programme de l’agrégation d’histoire pour les sessions 2017 à 2018.

Notre revue étant spécialisée dans l’étude de la Renaissance, ce numéro n’a pas vocation à couvrir la totalité de la question d’agrégation d’histoire moderne (qui s’étend également aux XVIIe et XVIIIe siècles), mais se veut seulement une contribution à la réflexion mise en oeuvre autour de ce programme, qui pourra être utile aux futurs candidats. D’essence pluridisciplinaire, le Verger a vocation à accueillir des articles d’histoire, mais aussi de littérature, d’histoire de l’art, de philosophie ou toute autre discipline en lien avec le sujet proposé.

Nous avons choisi de ne pas restreindre l’espace géographique comme le prévoit la lettre de cadrage du programme d’agrégation, à laquelle les auteurs pourront cependant se reporter avec profit[1]. Nous insistons particulièrement sur « la dimension globale de l’histoire des savoirs scientifiques et techniques elle-même […] dans la mesure où elle concerne l’impact des circulations extra-européennes et des effets du laboratoire colonial sur la production de savoirs scientifiques et techniques en Europe (organisation des voyages lointains, méthodes d’enquête et de mesure conçues à cet effet et réception des savoirs locaux en Europe) ».

Ce programme d’agrégation s’inscrit dans un renouvellement de l’histoire des sciences et des techniques qui s’appuie sur l’intérêt pour la construction sociale et politique des savoirs.

Les auteurs sont invités à travailler pour ce numéro sur la place des sciences et des techniques dans les sociétés et la façon dont elles interagissent avec les pouvoirs politiques, religieux et académiques.

A cette fin, diverses orientations, non exclusives, pourront être envisagées :

– les héritages antiques et médiévaux

– l’évolution de la conception du monde

– l’évolution de l’idée de Nature

– l’écriture et la circulation des savoirs géographiques, cartographiques et botaniques

– la constitution et la théorisation des cabinets de curiosité,

– la mise en œuvre des savoirs astronomiques et astrologiques

– la réception, la diffusion et la représentation des sciences et techniques dans l’art.

– les évolutions techniques

– la présence et la circulation des savants dans les cours européennes et extra-européennes et leurs enjeux diplomatiques

– le mécénat et les enjeux économiques liés à la production et à la circulation des savoirs

– la médecine et les médecins

– le regard de la Réforme ou de la Contre-Réforme sur les sciences

Nous laissons les contributeurs libres du choix de leur sujet. Les articles, en français ou en anglais, peuvent être de longueur variable, dans une limite de 8 à 15 pages, soit entre 30 000 et 50 000 caractères environ (espaces compris, notes incluses).

Toutes les propositions seront examinées par l’équipe de Cornucopia et soumises à l’approbation du comité de lecture du Verger.



Calendrier
Avant le 1er septembre 2016 : adresser une proposition composée d’un titre provisoire et d’un résumé d’une page maximum à l’adresse suivante : site.cornucopia@gmail.com.
15 septembre 2016 : réponse du comité de lecture.
15 janvier 2017 : remise des articles sous forme électronique, respectant la feuille de style.
1er mars 2017 : mise en ligne du numéro 

jeudi 25 août 2016

L'histoire du patient H.M.

Patient H.M.: A Story of Memory, Madness, and Family Secrets 

Luke Dittrich


Hardcover: 464 pages
Publisher: Random House (Aug. 9 2016)
Language: English
ISBN-10: 0812992733
ISBN-13: 978-0812992731



In 1953, a twenty-seven-year-old factory worker named Henry Molaison—who suffered from severe epilepsy—received a radical new version of the then-common lobotomy, targeting the most mysterious structures in the brain. The operation failed to eliminate Henry’s seizures, but it did have an unintended effect: Henry was left profoundly amnesic, unable to create long-term memories. Over the next sixty years, Patient H.M., as Henry was known, became the most studied individual in the history of neuroscience, a human guinea pig who would teach us much of what we know about memory today.

Patient H.M. is, at times, a deeply personal journey. Dittrich’s grandfather was the brilliant, morally complex surgeon who operated on Molaison—and thousands of other patients. The author’s investigation into the dark roots of modern memory science ultimately forces him to confront unsettling secrets in his own family history, and to reveal the tragedy that fueled his grandfather’s relentless experimentation—experimentation that would revolutionize our understanding of ourselves.

Dittrich uses the case of Patient H.M. as a starting point for a kaleidoscopic journey, one that moves from the first recorded brain surgeries in ancient Egypt to the cutting-edge laboratories of MIT. He takes readers inside the old asylums and operating theaters where psychosurgeons, as they called themselves, conducted their human experiments, and behind the scenes of a bitter custody battle over the ownership of the most important brain in the world.

Patient H.M. combines the best of biography, memoir, and science journalism to create a haunting, endlessly fascinating story, one that reveals the wondrous and devastating things that can happen when hubris, ambition, and human imperfection collide.

Rêver au XIXe siècle

Rêver au XIXe siècle

Appel à contributions

Revue Romantisme n°2017-4
sous la responsabilité de Jacqueline Carroy


Même si l’on peut identifier les prémisses de cette position au siècle précédent, c’est sans doute une nouveauté propre au XIXe siècle que de vouloir démystifier tous les rêves. La distinction entre rêves ordinaires naturels et rêves extraordinaires, telle qu’avaient pu l’accréditer plusieurs traditions dans des registres variés (religieuses, onirocritiques, populaires, poétiques…) est remise en cause. Rêve et songe deviennent en français des substantifs synonymes tandis que les verbes songer et rêver se chargent de sens différents : rêver renverrait dès lors principalement aux visions et aux voix de la nuit ; songer et penser tendraient à se rapprocher. Ce nouveau partage terminologique est lié à un mouvement de sécularisation et de naturalisation qui identifie rêves et songes sous le signe d’une même activité, banale, du corps et de l’esprit, qualifiée d’involontaire, d’automatique, d’inconsciente ou de subconsciente au cours du siècle, tournée dans l’ensemble vers le passé plus que vers l’avenir, et en tous les cas sans caractère surnaturel ou extra-naturel.
Le sommeil et les rêves sont soumis à l’épreuve de l’observation, de l’expérience et de l’enquête par des philosophes, des médecins, des psychiatres, mais aussi par des amateurs savants ou cultivés, qui veulent édifier une science ; les diaristes les consignent, soucieux de scruter leur subjectivité. Bien avant Freud, écrire, collecter et parfois dessiner ses rêves et ceux des autres renvoient à une activité de savoir, parfois thérapeutique, parfois chargée d’enjeux autobiographiques ou esthétiques. La science des rêves émergente mène un combat contre les « superstitions » de toutes sortes qui assignent aux visions de la nuit un sens prémonitoire ou prophétique et en surestiment la valeur. Cependant certains savants, et non des moindres, peuvent chercher à ré-enchanter les songes, dans le cadre de ce que l’on appelle par exemple « les sciences psychiques », équivalent approximatif de ce que l’on nommera ensuite la parapsychologie.
Il peut être intéressant d’explorer les « pays des rêves » du XIXe siècle, pour reprendre une expression de Charles Nodier : ceux des rêves ordinaires, comme ceux des rêves extraordinaires dont ils se démarquent, si possible dans des aires linguistiques et culturelles européennes différentes. Plus précisément, à partir de ce propos général, il s’agit, en menant des études de cas précises, de mettre au jour des frontières, mais aussi des intersections et des syncrétismes, ou encore de se demander en quoi la science des rêves a inspiré d’autres approches d’ordre littéraire et artistique, et réciproquement en quoi celles-ci ont affecté les approches savantes. Cela implique d’identifier des ruptures et parfois des circulations d’un pays des rêves à l’autre, des pratiques inédites, contrastées ou hybrides de mise en forme – narratives, poétiques ou plastiques -, d’expériences nocturnes.
Ce dossier de la revue Romantisme vise à proposer de mener une approche de l’histoire des rêves à la croisée de la psychologie, de la physiologie, de la psychiatrie, de la littérature, de l’art et de la religion. Le projet entend mobiliser des chercheurs qui s’intéressent aux différentes conceptions et pratiques d’un rêver qui affecte au XIXe siècle, de façon différente mais parfois proche, ceux et celles qui passent leurs visions nocturnes au crible des traités savants de toutes sortes, des livres des romanciers et des poètes, des gravures et des tableaux, mais aussi de la Bible et des Clefs des songes.

Les propositions de contribution sont attendues pour le 15 septembre 2016, sous la forme d’un résumé de 300 mots environ assorti d’une courte bibliographie. Elles doivent être adressées à Jacqueline Carroy, coordinatrice du dossier (jacqueline.carroy@wanadoo.fr).
Le sommaire définitif sera établi en octobre 2016.
Les articles (de 30 000 signes espaces compris maximum) devront être remis le 31 mars 2017 au plus tard, mis aux normes typographiques de la revue et assortis d’un résumé de 800 signes.