lundi 21 août 2017

La souffrance à l'époque moderne

The hurt(ful) body. Performing and beholding pain, 1600–1800

Edited by Dr Tomas Macsotay, Cornelis van der Haven and Karel Vanhaesebrouck


Publisher: Manchester University Press
Format: Hardcover
Pages: 328 
Published Date: July 2017
ISBN: 978-1-7849-9516-4


This book offers a cross-disciplinary approach to pain and suffering in the early modern period, based on research in the fields of literary studies, art history, theatre studies, cultural history and the study of emotions. The volume's two-fold approach to the hurt body, defining 'hurt' from the perspectives of both victim and beholder - as well as their combined creation of a gaze - is unique. It establishes a double perspective about the riddle of 'cruel' viewing by tracking the shifting cultural meanings of victims' bodies, and confronting them to the values of audiences, religious and popular institutional settings and practices of punishment. It encompasses both the victim's presence as an image or performed event of pain and the conundrum of the look - the transmitted 'pain' experienced by the watching audience.

L'engagement sensoriel au Moyen-âge

Sensational Words: Describing Sensory Engagement in the Middle Ages

Call for Papers

53rd International Congress on Medieval Studies
Western Michigan University, Kalamazoo
May 10 – 13, 2018

“Sensational Words” seeks to encourage an interdisciplinary conversation not only about how the senses mediate a person’s subjective knowledge of the material world but also about how the medieval languages of sensory experience distinctively communicate and even shape that experience. As scholars have noted, while the sensorial capacity of the human body has likely changed very little, if at all, since the Middle Ages, the sensorial realities of past humans are notoriously difficult to study and relate to, particularly if we must rely primarily on textual evidence of past human perception. One long-standing example is the difficulty of translating Old English color words. Whether a cup is red, or golden, or glittering, or shining (or perhaps all of these things simultaneously) seems impossible to discern, and these options show fascinating possibilities in the way visual qualities were delineated in Old English. How a sensorial experience is perceived of, articulated, and valued is a significant component of human engagement with the world. This panel welcomes papers that explore the medieval experience and valuation of sensorial engagement with the material world through literary accounts, historical accounts, philosophical studies, or archaeological studies. As an interdisciplinary panel, we welcome papers from any stage of the Middle Ages, any geographical location, and any discipline.

Some avenues of inquiries include (but are not limited to):
• What is the relationship to the more trusted senses of sight and hearing to the senses like taste,
touch, and smell, senses that were considered more easily fooled?
• How did a medieval culture apply sense words to experiences or delineate the boundaries of the different
senses?
• How does the language of the senses relate to visual representations?
• How do sensational experiences shape practices and records of medical practice, religious devotion, artistic
creations, food cultivation and preparation, etc.?
• How are the medieval senses described as relating to the physical body parts that interface with the
material world beyond the body? To abstract concepts?

Submit abstracts of 250 words, accompanied by a participant information form (available at https://wmich.edu/medievalcongress/submissions), to Shannon Gayk at mestdir@indiana.edu or to Erin Sweany at
esweany@indiana.edu. This session is sponsored by the Medieval Studies Institute of Indiana University.

La souffrance

La souffrance : pratiques et remèdes

Appel à contributions

Organisé par le LIS (« Lettre, Idées, Savoirs » – EA 4395)

Les 6, 7 et 8 juin 2018
Université Paris-Est Créteil
Salle des Thèses

Les propositions de communication d’environ 2000 signes sont à envoyer à petey-girard@u-pec.fr ou pseverac@yahoo.fr

avant le 15 novembre 2017


Le colloque international « La souffrance : pratiques et remèdes » est le second volet d’une recherche menée par le LIS (laboratoire « Lettres, Idées, Savoirs » - EA 4395) autour de la souffrance : un premier colloque international « Représentations de la souffrance » a été organisé à l’Université Paris-Est Créteil en mai 2016, réunissant une trentaine d’intervenants autour d’approches à la fois trans-séculaires (de l'antiquité à nos jours) et pluridisciplinaires (littérature, philosophie, psychanalyse, médecine, sciences humaines et sociales).
Les expériences de la souffrance sont multiples : souffrances événementielles (deuil, échec, humiliation, peine…) ou structurelles (angoisse, phobie, traumas, mélancolie…), souffrances morales, psychiques ou physiques (culpabilité, remords, mauvaise conscience ; pathologies mentales, douleurs corporelles, handicaps), souffrances intimes ou politiques, souffrances en amour ou dans la guerre, souffrances familiales, sociales, religieuses, souffrances à l’hôpital, à l’école, au travail… Qu’y a-t-il de commun à toutes ces formes de souffrance, à toutes ces épreuves et ces représentations de la souffrance ? Comment embrasser cette constellation d’idées, d’affects et de manières de vivre qui se dit sous le nom de « souffrance » ?
Nous avons décidé de distinguer deux approches de ce phénomène complexe qu’est la souffrance : l’une qui envisage les représentations de la souffrance, l’autre qui porte sur les pratiques et les remèdes de la souffrance. La première approche s’est efforcée d’appréhender la souffrance à partir de ses propres représentations – représentations qui ne sont pas extérieures à la souffrance, mais en constituent la chair même, l’expérience à la fois la plus singulière, et la plus historiquement déterminée.

La seconde approche, qui est la nôtre désormais, part du constat que la souffrance, en plus d’être un objet privilégié d’analyse théorique, est indissolublement un objet de pratiques multiples, sur lequel les techniques littéraires, philosophiques, psychanalytiques, médicales s’agencent et se déploient, afin sinon de l’annihiler, du moins d’en diminuer la force ou de l’apprivoiser, d’en contrarier les effets ou de les sublimer. Qu’il s’agisse de pratiques littéraires (d’écriture ou de lecture), philosophiques (d’exercices spirituels, de sagesses), psychanalytiques (de cures), médicales (de soins), une attitude face à la souffrance (la sienne ou celle de l’autre) est à chaque fois requise, qui déploie des pensées et des paroles, des gestes et des regards, et dont l’objectif est d’instaurer une autre mode d’être au monde, une nouvelle allure de vie.
Penser la souffrance par les voies de la littérature, de la philosophie, de la psychanalyse, de la médecine et des sciences humaines et sociales a donc d’emblée un enjeu éthique : il s’agit d’élaborer théoriquement la souffrance pour agir pratiquement sur elle. Et lorsque nous parlons d’« enjeu éthique », nous ne visons pas seulement l’attitude bienveillante vis-à-vis de la vulnérabilité d’autrui, mais aussi les pratiques qui instrumentalisent la souffrance d’autrui (rééducation, torture, auto-mutilation…) en vue de l’obtention d’un « bien » supposé.
Notre projet s’interrogera donc sur la pratique de la souffrance – pratique thérapeutique ou instrumentalisante –, en envisageant comment nous pouvons utiliser la souffrance, la modifier ou nous modifier en elle.
C'est à cette autre grande perspective sur la souffrance que sera consacré, les 6, 7 et 8 juin 2018, le second volet de notre recherche, dans le cadre du colloque international « La souffrance : pratiques et remèdes ».

Comité d’organisation :
Bruno Petey-Girard : petey-girard@u-pec.fr
Pascal Sévérac : pascal.severac@u-pec.fr
Avec la collaboration de Vincent Ferré : vincent.ferre@u-pec.fr

Les propositions de communication d’environ 2000 signes sont à envoyer à petey-girard@u-pec.fr ou pseverac@yahoo.fr
avant le 15 novembre 2017


Comité scientifique : Ali Benmakhlouf (professeur de philosophie, UPEC), Papa S. Diop (professeur émérite de littérature, UPEC), Frédéric Gros (professeur de philosophie, SciencesPo, Paris), Hans-Jürgen Lüsebrink (professeur, Chaire d'études culturelles romanes, Université de Sarrebrück, Allemagne), Bruno Petey-Girard (professeur de littérature, UPEC), Pascal Sévérac (maître de conférences en philosophie, UPEC).

dimanche 20 août 2017

Souffrance et bonheur

Suffering and Happiness in England 1550-1850: Narratives and Representations. A collection to honour Paul Slack

Edited by Michael J. Braddick and Joanna Innes


Oxford University Press
Hardback
Published: 10 August 2017
272 Pages | 16 black and white figures/illustrations
ISBN: 9780198748267

Suffering and Happiness in England 1550-1850 pays tribute to one of the leading historians working on early modern England, Paul Slack, and his work as a historian, and enters into discussion with the rapidly growing body of work on the 'history of emotions'. The themes of suffering and happiness run through Paul Slack's publications; the first being more prominent in his early work on plague and poverty, the second in his more recent work on conceptual frameworks for social thought and action. Though he has not himself engaged directly with the history of emotions, assembling essays on these themes provides an opportunity to do that. The chapters explore in turn shifting discourses of happiness and suffering over time; the deployment of these discourses for particular purposes at specific moments; and their relationship to subjective experience. In their introduction, the editors note the very diverse approaches that can be taken to the topic; they suggest that it is best treated not as a discrete field of enquiry but as terrain in which many paths may fruitfully cross. The history of emotions has much to offer as a site of encounter between historians with diverse knowledge, interests, and skills.

Le corps sensoriel au sein des loisirs et des divertissements

Le corps sensoriel au sein des loisirs et des divertissements


Appel à communications



Rencontre internationale
Chaire de recherche du Canada en histoire des loisirs et des divertissements 
Sous la direction d’Isabelle Pichet, Laurent Turcot et Marc-André Bernier 
Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, 22 et 23 février 2018 


Perpétuellement sollicités par l’environnement avec lequel ils entrent en relation, les sens réagissent et provoquent des sensations, des émotions, des sentiments de plaisirs ou de déplaisirs (Fechner 1966 (1860)). L’histoire des sens s’inscrit au sein de celle des sensibilités et permet une meilleure compréhension, un discernement plus précis « du dessin de l’imaginaire social » (Corbin 1990). Le goût, l’odorat, le toucher, l’ouïe et la vue répondent à tout stimulus de manière variée et complexe. Difficile à saisir et à cerner, il est toutefois possible de brosser un portrait du corps sensoriel qui émerge au sein de la société de l’Ancien Régime. L’époque moderne, du 16e au début du 19e siècle, catalyse la genèse des pratiques culturelles liées aux loisirs et aux divertissements : théâtre, musée, exposition temporaire, promenade, jeu de cartes ou de table, café, taverne, foire, jardin, voyage. Ces activités placent l’individu dans un cadre spécifique, au cœur d’une action ; action qui incite et excite chacun des sens, à des degrés divers. Les cinq sens, toujours en veille, ne demandent qu’à s’émouvoir, s’épanouir et s’exprimer. Il ne reste plus qu’à cueillir les témoignages et à tenter de relever les caractéristiques, les limites et la substance de chacun des sens. 

Ce colloque entend cerner, définir et de comprendre la manière dont les sens sont interpelés et réagissent lors des activités de loisirs et de divertissements au cours du long 18e siècle. Le promoteur, celui qui organise l’activité, cherche-t-il à pousser ou repousser le participant ou le spectateur dans ses retranchements pour provoquer un ensemble de sensations, de sentiments ? Le fait-il consciemment ? Quelles sont ses intentions ? De quelle manière s’y prend-il ? Parvient-il à son dessein ? Le participant ou le public, celui qui entre en action lors de ces activités, appréhende-t-il les effets, les émotions qui germeront tout au long de l’activité ? S’y prépare-t-il ? De quelle manière négocie-t-il avec ? Les 5 sens, ceux qui sont (re)liés aux organes de la perception, se définissent et réagissent au contact de l’environnement, du lieu ou des autres. De quelles manières le font-ils ? Quelles sont leurs réactions ? Quels sont les sens les plus sollicités, et pourquoi ? Ces quelques axes proposés ne sont en rien exhaustifs, au contraire, ils portent la diversité et la complexité du propos. 

Pluridisciplinaire, cette rencontre se veut un laboratoire de réflexion sur les projets en cours et les diverses approches qui s’intéressent à l’histoire des sens dans le cadre des loisirs et des divertissements au cours du long 18e siècle, et ce, au sein des diverses disciplines des sciences humaines : histoire de l’art, littérature, philosophie, sociologie, histoire, etc. Le présent appel à communications sollicite donc des propositions qui permettront de mieux comprendre les fondements et les limites de ce corps sensoriel qui émerge à l’époque moderne. Inédites, les communications ne devront pas dépasser les trente minutes allouées à chaque participant. Les propositions de communication (titre et résumé de 250 mots, affiliation institutionnelle) devront être envoyées au comité avant le 15 septembre 2017 aux deux adresses suivantes : isabelle.pichet@uqtr.ca et laurent.turcot@uqtr.ca 

Bibliographie :
Alain Corbin, « Histoire et anthropologie sensorielle », Anthropologie et Sociétés, vol. 14, no2, 1990, p. 13-24.
Gustav Fechner, Elements of Psychophysics, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1966 (1860).

Les humanités en médecine

Humanities for STEM: Using Archives to Bridge the Two Culture Divide


Call for Papers

Humanities for STEM Research Collaborative Symposium | New York University | April 6-7, 2018
CFP Deadline: Friday, September 15, 2017

Humanities for STEM is a research collaborative at New York University that focuses on how the study of primary sources, archival research, and associated methodologies of the humanities can be used to enhance the understanding of science (including medicine), technology, engineering, and mathematics. We are convening a symposium in April 2018 and seek papers from faculty, librarians, archivists, and others along this theme.

It has been our experience that students gain a great deal of insight from their engagement with archival material. Under the auspices of NYU’s Center for the Humanities, this research collaborative explores the ways in which archives and special collections can support scholarship and education in the sciences, discusses the ways in which scholars in the sciences and humanities use archival collections, and exposes scholars to STEM-related archives. One outcome, albeit not specific to STEM, is a healthy skepticism about the process of history. Our students who read history books now understand the kind of research that underpins historical analysis and the limitations of source material, helping them to see how histories are arguments about the available facts instead of passive, objective recountings of the past.

With respect to STEM, we have found students have made interesting analyses using local material. Projects in the history of science and technology are sometimes presented as metahistories even though the larger field of history has called this practice into question for many years. The postmodern attention to local histories seen in other subdisciplines has been successful in challenging what Science and Technology Studies practitioners call whig histories, and our students have found productive dissonances when they study independent researchers in the age of big science, when research is thought to be dominated by large government contracts.

For the symposium, we seek papers that explore archival outreach and access, integration of archival research into STEM education, the role of STEM collections in scholarly research, and new approaches to bridging gaps between the sciences and humanities through the use of archives. The symposium is open to faculty and graduate students who are working on case studies, historiographies, pedagogical proposals, and other approaches relevant to the research. Although any approach delving into the theme of STEM and archival research is welcomed, we are especially interested in papers that address the following three broad themes:

1. STEM General Education
Can pedagogies foreground the use of archival material in the classroom, especially with regard to STEM education?
Can historical/archival materials be a part of educating engineers and scientists in the content of STEM, outside of the history classroom?
How can digital methods and resources be used to engage engineers, undergraduate students, and/or the public on central issues of history and technology?

Topics of consideration might include: Best Teaching Practices; Collaborative Efforts; Partnerships between Archivists and Teaching Faculty; Assessment of Archival Activities; Teaching First-Year Students; Limited Archive Access; Creative Archive Use; Relationship between Archival Activities and Classroom Goals; Disciplinary Differences (Writing, History of Technology, Science, etc.); Best Archival Research Practices; Internet Archive in the Classroom; Defining Primary Sources; Teaching Writing Using STEM Archives.

2. Innovation in STEM
What insights can archival sources offer to future practitioners seeking to develop and disseminate new technologies or scientific ideas?
How are documents of invention shaped by the needs of archives, such as the necessity of record keeping for resolving intellectual property disputes or documenting sponsored research? Does this dynamic taint the historical claims that can be made?
How should historians incorporate the insights into personalities gained when studying primary sources about technology? What place do personal stories have in the history of innovation?

Topics of consideration might include: Historicizing Innovation; Documenting Innovation and Inventions; Innovation and Entrepreneurship; Archiving STEM Student Writing; Digital Methods and Resources Used to Engage STEM Students; Personal Stories of Historical Innovation; Using Personality Insights from STEM Primary Sources; Corrective and Supportive Insights from Archival Sources.


3. Ethics in STEM Archives
To what extent have the existence of archives for some key figures guided science and technology studies as a whole? How might the lack of primary sources affect the histories we tell?
What should historians do to resolve these archival silences? What are the creative ways to recover from the lack of diversity in archives?
What is our role in Web archiving and recovering documents that might be vulnerable? What can we do in regards to private archival collections?

Topics of consideration might include: Partnerships between Public Policy, Organizations, and Archives; Activist Archives; Guerilla Archiving; Archival Silences; Interventions into Archive Sciences; Lack of Diversity in STEM and STEM Archives; Private Archives; Corporate Archives; Privacy in Medical Archives; International STEM Archive Access; Disaster Preparation and Recovery; Archive Sustainability; Collection Development; Collection Rejections; Web Archiving; Climate Data; Imperiled Data.

Deadlines

The New York University Humanities for STEM Research Collaborative invites academics, scientists, engineers, humanists, archivists, and graduate students to submit conference paper proposals along these themes and other related topics. Paper proposal submissions (no more than 350 words) should be submitted by Friday, September 15, 2017 to our Google form (https://goo.gl/asDT8L). Draft papers will be due January 2018. The conference will be held April 6-7, 2018 at the NYU Tandon School of Engineering in Brooklyn, NY. Please address any questions in advance of submission to humanitiesforSTEMsymposium@nyu.edu.

samedi 19 août 2017

L'hôpital et le territoire

L’Hôpital & le Territoire. De la coordination aux GHT : une histoire pour le temps présent


Emmanuel Vigneron

Préface : Pr Claude Jaffiol. 




SPH éditions, Paris, mai 2017
ISBN 978-2-9560675-0-4
296 pages
23 * 32 * 1,6 cm
1 010 g

L’idée selon laquelle la santé aurait quelque chose à voir avec le territoire semble récente, présentée comme « neuve » dans tous les textes de loi depuis une quinzaine d’années. C’est en réalité une idée ancienne, aux origines même de la médecine occidentale, mais elle a connu un long effacement. Pour comprendre pourquoi l’hôpital et le territoire se sont si longtemps ignorés et pour essayer de faire en sorte que leur union d’aujourd’hui soit durable et féconde, il faut revenir à toutes les évolutions, de l’hôpital médiéval aux CHU d’aujourd’hui, car ce sont elles qui ont décidé des missions originelles confiées à l’hôpital et de leurs mutations.

À partir d’un essai de mise en perspective historique des fonctions hospitalières, l’auteur amène à comprendre les raisons d’une longue séparation entre l’hôpital et le territoire, et celles de leur union actuelle. La régionalisation des politiques de santé, tardive et inachevée en matière hospitalière, la notion de « secteur sanitaire » ou, aujourd’hui, de « territoire de santé », la question de la délimitation des groupements hospitaliers de territoire (GHT) et des solutions concrètes pour la reconnaissance des territoires de ces GHT sont également examinées. Aujourd’hui, la question territoriale est une chance à saisir pour l’hôpital et pour la santé publique.

Professeur d’aménagement sanitaire à l’université de Montpellier et à l’Institut des hautes études de l’aménagement des territoires (Ihedate Paris), Emmanuel Vigneron est l’auteur de nombreux ouvrages de référence sur la santé et les territoires. Par ses études, il a contribué depuis plus de vingt-cinq ans à la territorialisation des politiques de santé. Il exerce de nombreuses missions d’étude et de recherche auprès des acteurs et des responsables de la santé ou de l’aménagement des territoires. Il a notamment travaillé sur la pertinence des actes et les inégalités territoriales de santé.

Sommaire

• Préface du Professeur Claude Jaffiol
• Introduction

"Tome" 1: Naissance et affirmation d’un territoire de l’hôpital
• Introduction : Hier c’est aujourd’hui et c’est déjà demain
• Chapitre 1 : L’évolution des fonctions hospitalières
• Chapitre 2 : Matthieu, Charles, Nicolas et les autres : l’héritage chrétien
• Chapitre 3 : François Ier, la Renaissance et la Réforme : l’hôpital comme emblème du pouvoir temporel
• Chapitre 4 : L’hôpital, outil de maintien de l’ordre
• Chapitre 5 : L’hôpital au service d’une philosophie du soin
• Chapitre 6 : La fête libérale du XIXe siècle : l’hôpital abandonné aux appétits particuliers
• Chapitre 7 : La belle utopie républicaine de 1848
• Chapitre 8 : Les constructions de prestige de la fête impériale
• Chapitre 9 : La IIIe République : « La révolution n’est pas achevée… »
• Chapitre 10 : De la Libération à nos jours : le partage des fruits du progrès
• Conclusion du tome 1 : La permanence de l’opposition entre deux conceptions du rôle de l’hôpital

"Tome" 2 : La fabrique des territoires : régions et secteurs de santé, groupements hospitaliers de territoire

Première partie : La « région », un instrument du pouvoir de l’État
• Introduction : La « région », un instrument du pouvoir de l’État
• Chapitre 1 : La région comme cadre de la lutte contre les épidémies
• Chapitre 2 : La guerre de 1914-1918 et ses suites, une occasion pour les régions sanitaires
• Chapitre 3 : La région, bon échelon de la lutte contre les maladies difficiles
• Chapitre 4 : La défaite d’Henri Monod et des préfets : à monde nouveau, nouvelle géographie ?

Deuxième partie : La circonscription locale, le secteur sanitaire, le territoire de santé
• Introduction : Cave Canem !
• Chapitre 1 : 1851 : la sectorisation, enfant des révolutions de 1789 et de 1848
• Chapitre 2 : 1887-1893 : « La révolution n’est pas achevée… »
• Chapitre 3 : 1893-1970 : une sectorisation impossible
• Chapitre 4 : 1969-1991 : le secteur, instrument de la politique de santé publique
ou outil de rationalisation de l’offre hospitalière ?
• Chapitre 5 : Les secteurs des Sros I et II, et les territoires de santé des Sros III et IV

Troisième partie : Le T du GHT
• Introduction : La naissance des GHT
• Chapitre 1 : Les GHT : quel territoire pour quels objectifs ?
• Chapitre 2 : Combien de GHT ?
• Chapitre 3 : GHT et psychiatrie

• Conclusion du tome 2

• Conclusion générale : La route des hommes, les hommes de la route

• Bibliographie

L'hospitalité comme espace de soin, de tension et de présence

Hospitalité(s). Espace(s) de soin, de tension et de présence

Appel à contributions



Cahiers Thématiques n° 18


Le laboratoire de recherche de l’Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille (LACTH / Laboratoire Conception – Territoire – Histoire - Matérialité) publie annuellement les Cahiers thématiques. Le dix-huitième numéro, coordonné par les domaines « Conception » et « Territoire » dont la parution est prévue en 2018, sera consacré à la question de l’hospitalité et de ses espaces. Celle-ci désigne conjointement un rapport social et des dispositifs matériels tout autant qu’une évidence et une problématique au sens de ce qui pose problème, ce qui fait débat. En effet, l’hospitalité ne peut se réduire à une notion abstraite, mais s’attache à des espaces et/ou à des situations, car elle est de l’ordre de la relation. Une relation toujours située, tant du point de vue, par exemple, du cadre, de l’agencement des contraintes que de la construction et du partage d’un sens et d’une signification.

Cet appel s’inscrit dans la continuité des actions pédagogiques et scientifiques menées, depuis plusieurs années, par l’ENSAPL[1] et le LACTH[2] visant à interroger l’actualité des projets liés aux hôpitaux et aux lieux de soin, autant dans leur conception que dans l’expérience plurielle des lieux produits, des soins donnés et reçus et des effets qui en découlent.


Cadrage
Avant tout, l’appel met l’accent sur les rapports entre hospitalité et espace. En effet, Jacques Godbout, dans son article « Recevoir, c’est donner », pose que l’hospitalité est un « don d’espace »[3]. Dès lors quelles sont les caractéristiques de ces espaces donnés ? Sont-ils permanents, provisoires ou transitoires ? Y a-t-il des capacités hospitalières immanentes ? Au contraire comment sont-elles construites ? Depuis l’hôpital jusqu’au domicile, de quels espaces et quelles spatialités s’agit-il ? De quel(s) sens de l’hospitalité les espaces sont-ils porteurs ? De quels espaces l’hospitalité est-elle productrice ?

L’hospitalité s’affirme ici comme un « objet frontière » au sens de la sémioticienne Carine Duteil[4], ou de James Griesemer et Susan Star, respectivement biologiste et philosophe.[5] Cette notion croise les champs disciplinaires et se définit à la frontière de différentes interprétations d’un même univers de référence. Elle permet donc d’ouvrir de nouveaux espaces de réflexion qui déplacent les limites et les catégories pour donner voix et corps à l’espace conçu, au lieu et au milieu éprouvés. C’est pourquoi les propositions d’articles retenues pourront relever aussi bien des sciences humaines au sens large, que de disciplines relevant de l’espace, de sa mise en forme et de ses qualités (architecture, paysage, design, esthétique, notamment), ou du domaine du soin et de la santé (médecine, humanités médicales, par exemple).

En effet, l’hospitalité, socle étymologique de l’hôpital, renvoie à la notion ouverte d’accueil, qui relève d’un côté, de la sphère du don et du contre-don[6] et de l’autre, de celle des politiques publiques et de la médiatisation de l’accueil. L’hospitalité serait ainsi prise entre la vertu (supposée infinie) et l’action publique, forme administrée de l’accueil, (forcément limitée), recouvrant la dichotomie éthique / politique au sens de J. Derrida[7]. L’une ou l’autre, l’une et l’autre sont faites de conventions, de codes culturels et de règles contractuelles. Néanmoins, elles reposent toutes deux sur un pacte apparemment simple entre hôtes – entendus comme celui qui reçoit et celui qui est reçu –, fondé sur la réciprocité et la symétrie.

Depuis plusieurs années, la notion d’hospitalité fait l’objet d’une effervescence éditoriale, dans un contexte de crise des institutions de protection sociale et de limites des dispositifs de solidarité mettant l’accent sur sa dimension politique et sur les états du rapport à l’autre. En particulier, la crise des migrants réactive les réflexions sur les formes et conditions de l’hospitalité publique[8] et sur la construction de l’autre comme objet d’action publique[9]. Plus encore, l’entrée par les lieux ou les non-lieux de l’hospitalité, faisant converger les travaux de géographes, d’anthropologues, d’architectes, de paysagistes et d’urbanistes – à l’exemple des initiatives du PEROU ou de Cyrille Hannape[10]. Cette entrée crée des « espaces collectifs de création et de réflexion dans lesquels les discours des acteurs sont au premier plan »[11]. Questionner l’espace en soi et les espaces de l’hospitalité permet d’interroger « un jeu sur les places et sur les positions »[12] et de mesurer en quoi et comment les dispositifs spatiaux visant à accueillir sont conçus sur un paradoxe : donner une juste place tout en tenant à distance. Si la situation migrante constitue un cas maximal et limite, l’expérience de cette position paradoxale de l’hôte et de ses espaces est un des objets de notre interrogation face à une situation différente : celle de l’hôpital.

Rompant avec les modèles architecturaux historiques en pavillons ou bâtiments verticaux, l’architecture hospitalière a considérablement évolué ces trente dernières années autour de la conception d’hôpitaux plus ouverts – selon un système de « rue hospitalière », tel que proposé à l’hôpital Robert Debré (1980-1988) par Pierre Riboulet et repris dans le « village de la santé » de Renzo Piano (2000) ou encore selon un système en nappes à l’image de l’hôpital d’Orléans de l’agence Groupe-6 qui sera inauguré en 2018. L’hôpital tend à s’inscrire matériellement comme un lieu de vie et un espace public de proximité. De même, l’évolution constante des soins alliant technicité et efficacité modifie le fonctionnement hospitalier. Elle favorise les courts séjours et l’ambulatoire, augmente les fréquences d’entrées et de sorties et intensifie les circulations à l’intérieur et aux abords des hôpitaux. Dès lors, ceux-ci ne fonctionnent plus comme des isolats. Toutefois, le contexte contemporain d’extrême vigilance post-attentats recompose ces partis-pris architecturaux et perturbe la spatialisation des rapports sociaux, les modalités d’engagement conçues et éprouvées. Ainsi la « grande rue » centrale de l’hôpital européen Georges Pompidou, conçue par A. Zublena (2001) pour intégrer l’hôpital à la cité et pour servir d’espace public quotidien de quartier, est largement inaccessible. En effet, une seule entrée sur les quatre demeure ouverte et sujette à un important dispositif de contrôle. Que deviennent, alors, les conditions de l’hospitalité au prisme de l’impératif sécuritaire ? Comment l’architecture, le paysage, l’art ou le design trouvent-ils leur place ?

Entendant explorer les liens entre hospitalités et espaces, l’hôpital ne peut être considéré ni comme une simple construction forclose ni comme une succession de bâtiments ou de plateaux techniques, mais bien comme un continuum du domicile à l’hôpital (et vice-versa), lui-même ouvert sur la ville et la vie. Ce continuum inclut les services de quartier et les dispositifs « hors les murs », tels que des services d’addictologie ou d’accueil de la toxicomanie, à l’image de la « salle de consommation à moindre risque » dans le Xe arrondissement de Paris, ouverte en 2016, qui fait tant parler. L’hôpital est, de la sorte, appréhendé en tant que milieu : à la fois depuis et avec les personnes – professionnels de santé, bénévoles, personnes en soin, familles ou accompagnants, mais aussi voisinages et vis-à-vis – et comme un milieu de vie, de travail et de soins. Dès lors, notre approche concerne en même temps l’espace, la qualité de vie, les modes d’être, les diverses situations. Elle vise à identifier des espaces, des seuils, des scènes et, par-là même, à questionner l’expérience et la conception des lieux associés à l’hôpital. Parallèlement, à partir de l’hôpital ou du domicile comme milieu, nous souhaitons privilégier une considération de la pluralité des personnes et des situations et ce, et sans opposer le monde du travail et celui des malades, ou bien la famille et les soignants.

Considérer l’hôpital comme milieu implique de mettre en intrigue le(s) rapport(s) aux espaces conçus et éprouvés. Comment l'hospitalité garantit-elle et accompagne-t-elle le bien-être, pensé depuis la prévention jusqu'à la personnalisation[13] ? A cette fin, nous pouvons, d’ores et déjà, identifier trois mots clés propres à la situation hospitalière, auxquels viendra s’ajouter un quatrième. Tout d’abord, le soin qui est la mission même de l’hôpital et fait écho à des actions telles que soigner, rétablir l’équilibre d’un corps et d’un esprit ou à des postures professionnelles et des prises de position comme l’attention à l’autre inscrite dans les projets et chartes propres à chaque établissement hospitalier. Ensuite, les tensions exprimant les vulnérabilités et les rapports de pouvoir engagés dans toute situation hospitalière – le « recevoir/être reçu » à l’hôpital tout autant qu’ailleurs. Toutefois, à l’hôpital, cela suppose une asymétrie initiale, puisque celui qui est reçu s’inscrit dans une situation déficitaire, à tout le moins vulnérable. Le besoin d’être soigné, de remédier à une souffrance, de pouvoir se réinscrire dans son corps et dans le corps social est évident à l’hôpital. Les tensions peuvent naître des dispositifs techniques, spatiaux, des situations ou encore des rapports interpersonnels[14]. L’angle des tensions ou des vulnérabilités permet d’opérer un déplacement du regard : l’hospitalité ne serait plus un donné d’emblée, mais une épreuve « au lieu de passage entre la loi générale et des situations singulières »[15]. Le troisième mot est présence au singulier, renvoyant à la fois à un espace de présence au sens de Maldiney et aux modes de présences des êtres et des choses. Présence et / ou absence (à soi et au monde, et / ou pour soi des autres, des choses ou de l’espace) apportent leur qualité aux relations à partir d’intensités. Elles sont ou non des appuis. Elles sollicitent (pôle attrait / répulsion) et sont indissociables d’un état tonique[16] et d’une temporalité associant présent, passé et devenir. Enfin, le dernier mot est traces : au sens de ce qui est donné et reçu, de ce qui en reste, dont l’espace et le récit sont deux dimensions principales. C’est pourquoi nous accorderons un intérêt certain aux questions de méthodes et outils de connaissance déployés par les contributeurs pour investiguer ces terrains sensibles.


Axe 1 – De l’hospitalité comme valeur : mots, dispositifs et médiateurs

Historiquement, l’hospitalité est l’« espace de l’autre », fondée sur la conceptualisation du rapport au différent, ce qui permet « de se faire société »[17]. En effet, à travers l’hospitalité, c’est l’homme qui se pense dans un double rapport à soi et à l’altérité, ainsi que le montrait R. Schérer, dans Zeus hospitalier, pour qui l’hospitalité s’assimile à un « processus d’hominisation »[18]. Si elle est associée d’emblée à la sphère domestique – le chez soi – et à une initiative individuelle, elle est tout autant collective et a caractère d’obligation ressortissant du domaine de la protection sociale, dont les hôpitaux sont l’institution et les espaces emblématiques[19].

Si l’appel concerne principalement l’hospitalité publique, ses conditions et ses lieux, il n’en reste pas moins que le « chez-soi », le rapport domestique à la manière d’honorer et/ou de mettre l’autre à distance reste en arrière-plan des modes de pensées, des modes de productions comme des répertoires d’actions des acteurs impliqués (soignants, soignés, accompagnants, visiteurs, bénévoles, riverains) que ce soit en positif ou en négatif. En témoignent les références constantes des praticiens hospitaliers au « chez soi » lorsqu’ils sont amenés à commenter des réalisations ou projets d’hôpitaux récents[20]. Le chez-soi comme horizon de pensée de l’hospital(ité ?) se retrouve également dans le programme interministériel expérimental « Un chez-soi d’abord ». Lancé entre 2011 et 2016[21], il a mis en avant le rôle prépondérant du logement dans le rétablissement de la santé mentale. Si le chez-soi reste une référence immédiate, cet axe explorera d’autres modalités comme d’autres lieux référents. Ces régimes d’associations interrogent le contenu et la définition même de l’hospitalité. Sur quoi repose cette notion ? Comment se recompose-t-elle ? Quand bascule-t-on de l’hospitalité à l’inhospitalité ? Quand l’espace conçu comme bien-traitant devient-il maltraitant ? De manière complémentaire et progressive, les contributions pourront s’attacher :

- aux mots de l’hospitalité : aux mots proches tels que accueil, bienveillance, attention, soin, care, bientraitance, solidarité, sachant que, par exemple, l’hospitalité repose sur la reconnaissance de l’altérité quand la solidarité, elle, repose sur l’idée de ressemblance. Ce qui induit des rapports, des situations sociales et des dispositifs différents. Dans le même sens, quelles sont les limites entre accueil et hospitalité ?

- à des dispositifs publics de soin et d’accueil, interrogeant espaces privés, espaces publics ou encore tiers lieu, à l’image de ce que peuvent être les Maggie’s Centers au Royaume-Uni (1995), cet « à-côté » de l’hôpital initié par l’architecte Charles Jencks et sa femme. L’architecture y est pensée comme soignante, complément de la thérapeutique, offrant un environnement de soin et de ressources spécifiques. Comment une vertu ou encore un besoin sont-ils construits en dispositifs (banque d’accueil, salle d’attente, etc.) ou en services spécifiques, entre neutralité et relations interpersonnelles, entre contact et mise à distance ? Quelles médiations, quelles règles sont mises en place ? Quelles entrées et sorties proposent-ils ? Comment le parcours des patients se spatialisent-il?

- à des passeurs d’hospitalité : qu’ils soient matériels, immatériels ou humains – de l’ordre des attitudes, des attentions, etc. Il s’agit de réfléchir à ce qui passe, ceux qui passent, ceux qui font passer et comment. A cette fin les auteurs pourront s’attacher à l’analyse de dispositifs (résidences d’artistes, etc.), d’œuvres, de performances ou encore d’actions, de médiations ayant eu cet apport.

Les propositions s’appuieront pour cela, entre autres, sur des entretiens, sur des projets, réalisés ou non, à l’hôpital ou tout autre projet architectural et/ou paysager, y compris relatif à l’habitat. En effet, la transformation de l’habitat comme lieu de soin temporaire ou final est un enjeu contemporain fort. Que se passe-t-il lors du renversement qui transforme le domicile en l’hôpital : continue-t-il à être un « chez-soi » ? Peut-il le redevenir ? Comment se renégocie le rapport à l’hospitalité et les tensions qui en découlent ?


Axe 2 Conception et réalisation. Histoire, typologies, formes, modèles, dimension sensible et symbolique

Henri Maldiney a écrit en 1964 « L’architecte, l’urbaniste, l’ingénieur sont les responsables (du moins les plus visibles) des structures spatiales de notre environnement, par le relais desquelles nous communiquons avec les êtres, les choses et nous-mêmes dans un monde. En chiffrant l’espace, ils engagent l’homme dans un rythme ou le vouent à une arythmie. » Ainsi, pour le phénoménologue, nous « nous mouvons dans un espace de présence »[22]. Peut-on le suivre, et considérer les structures spatiales de l’environnement dédié aux soins comme ce qui pourrait préfigurer, voire même « configurer des gestes, des actes » et des modes de relations hospitaliers ? Autrement dit, est-il possible de configurer les « structures spatiales de l’environnement » en les envisageant pour qu’elles puissent participer à l’hospitalité ? Peut-on, d’ailleurs, en parler comme d’une configuration, de potentielles configurations ?

Plusieurs entrées sont proposées :

- La conception : L’hospitalité est-elle, comme invite à l’envisager Cyrille Simonnet, une « mise à l’épreuve de l’objet architectural »[23] ? A partir des différentes données et contraintes, des organigrammes, des nécessités techniques et humaines, économiques et sociales, comment les architectes et les paysagistes intègrent-ils la notion d’hospitalité dans leur projet ? A quel moment intervient-elle ? Comment la dessiner ? Quels sont les discours et les recommandations (cahier des charges, échanges verbaux maîtrise d’ouvrage et d’œuvre, études de satisfaction, enquêtes…) ?

- Des formes et des modèles : Pourront être étudiés des modèles typologiques, leur renouvellement, des systèmes constructifs et distributifs d’organisation de l’espace, de distribution des activités et de leurs éventuels croisements ou séparation, de complémentarité des services. Des relations de voisinages entre les espaces, les dispositifs et les services instaurent une sorte de tension relationnelle, l’« interaction des formes et des programmes qu’elles abritent » (Pierre Riboulet).[24] Il en est de même pour la manière de mettre en ordre, de composer, de distribuer, de calculer (passages, nombre de personnes, nombre de pas), d’envisager des intensités, de diriger et de diviser, de réduire des accès. Il pourra s’agir aussi de modes de pensées, comme par exemple ce que Donato Severo a nommé au sujet de Paul Nelson un « imaginaire de la lucidité »[25].

- La relation d’ensemble, du détail à l’environnement : pourra être proposée, à partir de l’implantation, de la liaison à la ville, de l’orientation et de la façade du bâtiment, ou bien de certains lieux et de certaines spatialisations (transitions, seuils, passages, attentes, parcours et traversées, entrées et sorties) ce qui fait sens du détail à l’ensemble. On circule beaucoup à l’hôpital selon des rythmes divers et avec des modes de relation au monde très différents. Cela concerne également des modes de combinaisons entre ce qui pourrait sembler antinomique (le banal et le médical, le domestique et la grande technicité, la protection et l’ouverture, la chambre et le plateau technique), ce qui est de l’ordre d’une tension (par exemple entre un intérieur et un extérieur), d’une mise en rythme (accélération, ralentissement, liaisons directes, contournements), de vibrations ou d’appels à se déplacer. L’importance de la lumière naturelle et de ses variations, de l’éclairage ajouté, des vues et des ouvertures, de la relation au dehors (du proche au lointain, du lit ou de la chaise à l’horizon) pourra aussi être traitée en renouvelant l’approche critique.

- Une dimension historique : Y a-t-il une histoire conjointe entre la manière de penser l’hospitalité, l’architecture hospitalière (par exemple pour Riboulet les vertus de la lumière, de la matière et de la générosité de l’espace) et le développement de la médecine, des pratiques et des savoirs biomédicaux, y compris avec les avancées technologiques ?


Axe 3 – A l’épreuve du quotidien, ajustements, moments, situations

Nous partons, dans ce dernier axe, du postulat que toute conception et réalisation spatiale, qu’elle soit architecturale, urbaine, paysagère ou artistique, accompagne, d’une manière ou d’une autre, directement ou par résonance, l’expérience des personnes qui y vivent, s’y retrouvent, y travaillent, y séjournent, parfois y sont amenées par les événements. Ainsi, de nombreux professionnels hospitaliers évoquent l’apport de l’aménagement de la cour d’honneur de l’hôpital Huriez au CHRU de Lille, réalisé par l’artiste Nishikawa, comme un apport qui rejaillit sur leur accueil du patient, alors même que ce dernier sera plus ou moins présent ou absent au monde. Nous souhaitons ainsi mettre en avant la qualité relationnelle dans l’expérience des lieux et des espaces. Cette qualité concerne de manière indissociable les relations entre les personnes ainsi que de celles-ci dans et avec le monde qui les entoure, et ce, en une amplitude spatiale et temporelle plus ou moins étendue, immédiate, ouverte ou clôturée. De ce fait, l’hospitalité sera étudiée à l’épreuve du quotidien, du terrain et de la pluralité des présences et des situations avec plusieurs entrées possibles :

- La consonance : celle, « quand tout s’explique par l’usage » pour Peter Zumthor entre « le lieu, l’usage et la forme »[26], est une sorte d’accomplissement dans le temps ; jamais acquis, elle vient des relations et des ajustements entre les personnes et entre celles-ci et ce qui les entoure. Comment prendre en compte la consonance dans la pluralité des situations ? Quelles sont les transformations et adaptations des lieux et des objets par les personnes en soin, par les soignants, le personnel médico-social, la famille répondant à une demande d’hospitalité ?

- Des moments : l’hospitalité envisagée en termes de moments, eux aussi portés par les trois mots clés du titre : soin, tension et présence. Parmi ces moments pourront être mis en avant : le moment clé de la première fois (en particulier celui de l’entrée), l’impression première fondamentale dans la compréhension d’un lieu et d’un milieu ; celui du passage d’un seuil, ce qui revient dans la mémoire corporelle ; ou encore les ajustements successifs, adaptations, accommodements des personnes aux lieux et aux objets, de ceux-ci aux besoins et aux interactions, ce que l’expérience dans le temps apporte et amène ; mais aussi le rejet, le séjour, la différence entre le jour et la nuit. Ces moments pourront tout autant s’étendre à la maintenance, l’entretien et l’usure des bâtiments et des objets comme leur remplacement qui modifie les configurations spatiales, voire les rituels et les relations interpersonnelles.

L’hospitalité et la situation du soin comportent une relation à la souffrance, à la vulnérabilité, à l’inquiétude et à la mort. Riboulet se demandait, lors de la conception de l’hôpital pour enfants Robert-Debré, « comment l’espace architectural peut-il se situer par rapport à ce tragique ? »[27] Avec cette interrogation portant sur l’architecture, il s’agit aussi de questions posées sur la manière d’envisager la présence des morts, et par exemple, d’instaurer, de conserver une relation d’hospitalité avec eux[28].

- Les situations vécues : pourront être étudiés différents types de confort et d’inconfort vécus et éprouvés (tactile, thermique, sonore), de sollicitations sensorimotrices ou d’organisations spatiales produites par l’activité de certaines personnes[29]. Des situations et des relations pourront être étudiées concernant les couloirs, les salles d’attente, la traversée (aller d’un service à l’autre, d’une pièce à l’autre), l’orientation, l’immobilité, l’intimité, les qualités sonores et olfactives, ainsi que des rituels et des gestes. Quelle peut être l’hospitalité en situation d’urgence, d’enfermement, de contrôle et de surveillance, de dépendance et/ou de forte hiérarchisation (sociale, au sein du travail), de cloisonnement, de dépossession de son propre corps et de ses gestes, voire de ses décisions ?


Carnet de témoignages : une spécificité de ce numéro

Une spécificité de ce numéro est l’appel qui nous semble indispensable à des témoignages. En effet, nous adoptons ici une position « avec témoin ». En complément des articles scientifiques, un carnet de témoignages, inclus dans ce numéro, portera sur les liens entre hospitalité et spatialité. Ces témoignages pourront être aussi bien ceux de concepteurs, de soignants, de soignés, d’accompagnants, etc. à une ou deux voix. Alors que Benjamin Boudou récuse l’approche par le discours ordinaire, le réduisant à l’accumulation de « petites et de grandes aventures »[30], ce carnet de témoignages ne vise pas une exhaustivité impossible, tout dire pour ne rien dire, mais bien à accorder une place au « dit », au dicible et à ses modalités. En effet, le témoignage ne relève pas de la simple parole, mais est un récit au sens de Michel-Rolph Trouillot lorsqu’il écrit que nous vivons notre vie deux fois, une fois en tant qu’acteur de nos actes, une autre fois en tant que narrateur de nos actes[31]. L’objectif de ce carnet est, donc, de ménager une place à ce qui relève de l’« ordinaire » qui est essentiel, au sens de l’expérience et de la situation vécue et narrée. Il s’agit de nous placer au niveau de la ville et de la vie et de substituer au point de vue dominant – celui du cadre institutionnel, du sachant – ceux basés sur les systèmes de pensée, les hiérarchies de valeurs propres aux autres acteurs.


Attendus

Les contributions doivent être inédites et ne pas être en cours de soumission à d’autres publications. En termes de contenu, elles doivent apporter une contribution substantielle et de nouvelles connaissances au débat scientifique tout en proposant une contextualisation et une mise en perspective des problématiques abordées. Elles seront soumises à la double expertise anonyme du comité de lecture.

Les auteurs spécifieront si leur contribution relève des articles scientifiques ou du carnet de témoignages.


Direction scientifique de ce numéro

Céline Barrère, sociologue, docteur en urbanisme, maitre-assistante à l’Ensap Lille et chercheure au LACTH, domaine Territoire

Catherine Grout, professeure d’esthétique, HDR, à l’Ensap Lille et chercheure au LACTH, domaine Conception.


Modalités de contribution

Une proposition résumée de 1500 à 2000 signes, accompagnée d’une bibliographie indicative, sera transmise au secrétariat du LACTH pour le 15 septembre 2017 afin d’être soumise au comité de lecture.

Les contributions définitives doivent parvenir avant le 12 janvier 2018 dernier délai, à l’Ecole nationale supérieure d'architecture et de paysage de Lille, en priorité par courrier électronique (ou à défaut sur CD accompagné d’un tirage papier).

Les articles scientifiques, entre 20.000 et 25.000 signes maximum (espaces compris et notes non comprises), seront accompagnés d’un résumé de 1.000 signes maximum ainsi que d’une présentation de l’auteur (3 lignes maximum). Les textes qui dépasseraient ce format seront retournés aux auteurs.

Les témoignages, entre 5.000 et 10.000 signes (espaces compris et notes non comprises) seront accompagnés par une petite introduction (3 lignes maximum) présentant le contexte et/ ou la situation.

Les notes figureront en fin de texte et seront tapées en linéaire. Elles ne doivent pas excéder 25% de la totalité des signes du texte. Vous trouverez à la fin de ce document le modèle de mise en page des notes (pas de notes automatiques en bas de page ou en fin de document et pas d'appels de note automatiques).

Les illustrations (4 illustrations noir et blanc maximum), fournies sur support traditionnel ou numérique (300 Dpi minimum en format TIF), devront être libres de droits. Ces illustrations seront légendées et l’auteur mentionnera l’ordre et la localisation vis-à-vis du texte. Si ces illustrations sont extraites de revues, d’ouvrages ou proviennent de sources d’archives privées ou publiques, les auteurs joindront les autorisations écrites des détenteurs de droits (photographes, éditeurs, centre d’archives...) et devront nous confirmer qu’elles sont bien libres de droits.

Les auteurs, en répondant à cet appel à contribution, autorisent l’Ecole d’architecture et de paysage de Lille à publier leur contribution dans le cadre des Cahiers thématiques n°18.

Les textes seront publiés en français ou en anglais, dans la langue choisie par l’auteur (seuls les résumés des articles seront traduits).


*RAPPEL : modalités de présentation des références bibliographiques en note (adoptées à l'Imprimerie nationale pour les travaux courants)

_Pour un ouvrage :
1. Domenach (Jean-Luc) et Richer (Philippe), La Chine, 1949-1985, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Notre Siècle », 1987, 504 p.

_Pour une contribution à un ouvrage collectif :
2. Roth (François), « Les Luxembourgeois en Lorraine annexée, 1871-1918 », dans Poidevin (R.) et Trausch (G.), Les relations franco-luxembourgeoises au début du XXe siècle, Metz, Centre de recherches Relations internationales, 1978, t. II, p. 175-183.

_Pour un article dans un périodique :
3. Walter (Rodolphe), « Le parc de Monsieur Zola », L'Œil, n° 272, mars 1978, p. 18-25.



Contacts :
Isabelle Charlet, secrétariat général du LACTH — mail : lacth@lille.archi.fr

Céline Barrère & Catherine Grout, direction et coordination Cahiers thématiques n°18 :
c-barrere@lille.archi.fr; c-grout@lille.archi.fr

Ecole nationale supérieure d'architecture et de paysage de Lille
2 rue verte, Quartier de l’Hôtel-de-Ville
59650 Villeneuve d’Ascq


[1] Nous renvoyons aux travaux de l’atelier de projet dirigé par Thierry Baron portant sur la chambre mortuaire du CHRU de Lille ayant donné lieu à l’exposition Dernier domicile connu, Maison de l’Architecture et de la Ville, 16/06 2012 – 16/09/2012.
[2] Le projet de recherche intitulé « L’hôpital comme milieu » a été initié suite à la demande auprès de l’ENSAP de Lille de la Délégation à la Culture du CHRU de Lille en 2011 et a été soutenu en 2012 et 2013 par la MESHS dans le cadre de son programme « La santé : entre expériences individuelles et dynamiques sociales ». Il a aujourd’hui pour partenaires principaux l’Espace Ethique Hospitalier et Universitaire de Lille du CHRUL et de l’Université Lille 2 et l’EPSM de Lille.
[3] Godbout (Jacques), « Recevoir, c’est donner », in Communications, 65, 1997, L’hospitalité, pp. 35-48.
[4] Duteil (Carine), « Peur de penser, désir de penser, l’exemple des objets frontières », in Enriquez (Eugène), Haroche (Claudine) et Spurk (Jan) dir., Peur de penser, désir de penser, Lyon, Editions Paragon, 2006.
[5] S.L. Star, J. Griesemer, "Institutionnal ecology, ‘Translations’, and Boundary objects." Social Studies of Science, n°19(3), 1989, pp. 387-420.
[6] Mauss (Marcel), « Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques », in L’Année sociologique, 1925. Nous retenons de l’essai de M. Mauss, pour cet appel, à la fois ses dimensions descriptive et analytique des formes d’échange (démarche comparative, analyse des institutions impliquées, identification des règles sous-jacentes, etc.). Si, pour Mauss, le don est un fait social total en ce qu’il engage l’ensemble du fonctionnement de la société, n’en est-il pas de même de l’hospitalité qui se rapporte à la reconnaissance de l’altérité ?
[7] Derrida (Jacques), De l'hospitalité (avec Anne Dufourmantelle), Paris, Calmann-Lévy, 1997.
[8] Le lecteur pourra se reporter, entre autres, aux travaux de Agier (Michel) dir., Un monde de camps, Paris, La Découverte, 2014., Favier (Olivier), Chroniques d’exil et d’hospitalité. Vie de migrants, ici et ailleurs, Ed. Le Passager clandestin, Neuvy-en-Champagne, 2016 ; de Smaïn Laacher, Le peuple des clandestins, Paris, Calmann-Lévy, 2007 ou encore à Djigo (Marie), Les Migrants de Calais. Enquête sur la vie en transit, Marseille, Agone, coll. Contre-feux, 2016.
[9] Fassin (Didier), Morice (Alain), Quiminal (Catherine) dir., Les lois de l’hospitalité. Les politiques de l’immigration à l’épreuve des sans-papiers, Paris, La Découverte, 1997.
[10] Pôle d’Exploration des Ressources Urbaines (PEROU) : http://www.perou-paris.org et Hanappe Cyrille, Architecture et réduction du risque, plan guide d’intervention dans la jungle de Calais, Paris, Ensa de Belleville, janvier 2016.
[11] Lequette (Samuel) et Le Vergos (Delphine), Décamper. De Lampedusa à Calais, Paris, La Découverte, 2016
[12] Gotman (Anne), « La question de l’hospitalité aujourd'hui », in Communications, op. cit., pp. 5-19.
[13] Nous faisons référence ici aux 4 P de la médecine: préventive, prédictive, participative et personnalisée ; voir à ce sujet Luc Montagnier, Frédéric Bizard, « Anticipons le passage d'une médecine curative à une médecine prédictive », Le Monde, 13.03.2012.
[14] Dodier (Nicolas), Camus (Agnès), « L’hospitalité de l'hôpital », in Communications, op.cit, pp. 109-11.
[15] Gotman (Anne), « La question de l’hospitalité aujourd'hui », in Communications, op.cit, pp. 5-19.
[16] « Le dialogue avec le monde, avec les proches, est fait d'engagement tonique, de modulation dans la tension, d'orientations posturales, d'ouvertures et fermetures, d'aller-vers, de retraits, avec des nuances d'intensité » écrit Benoît Lesage, dans « Le corps en place et la place du corps dans la relation avec la personne polyhandicapée », paru dans Les Cahiers de l’Actif de juin 2005, n°348-349, p. 67.
[17] Gotman (Anne), Le Sens de l’hospitalité : Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Le Lien social, 2001.
[18] René Scherer, Zeus hospitalier. Eloge de l’hospitalité, Paris, Armand Colin, 1993.
[19] Laget (Pierre-Louis), Laroche (Claude), L’Hôpital en France. Histoire et architecture, Paris, Cahiers du patrimoine, 2012.
[20] D’Architectures, Dossier Santé : La grande rénovation hospitalière, n° 120, avril 2002, pp. 18-21.
[21] Projet mené dans quatre villes pilotes : le Grand Lille, Marseille, Paris et Toulouse, à l’initiative des ministères du Logement et de l’Habitat durable et des Affaires sociales et de la Santé. Voir http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/contenu/piece-jointe/2014/10/dihal_-_plaquette_gd_public_ucsdb_ecran.pdf.
[22] Maldiney (Henri) « La Fondation Maeght à Saint Paul de Vence » [1964], publié dans les Cahiers de Pensée et d’histoires de l’architecture, Ecole d’architecture de Grenoble, n°4, février 1985, pp. 54-55, souligné par l’auteur.
[23] Simonnet (Cyrille) « Hospitalité », Faces hiver 2004-2005, numéro portant sur l’hospitalité, p 3.
[24] Riboulet (Pierre), Naissance d’un hôpital. Journal de travail, [1989], 3ème édition, Lagrasse, Verdier, 2010, p 51.
[25] Severo (Donato) « L’imaginaire de la lucidité. L’Hôpital Mémorial France-Etats-Unis de Saint-Lô (1948-1956). Architecte : Paul Nelson », in Faces, automne 2000, pp. 56-62.
[26] Zumthor (Peter) Atmosphères. Environnements architecturaux. Ce qui m’entoure. Bâle, Birkhäuser, [2008], traduction Yves Rosset, 2015, p. 67 et 69.
[27] Riboulet (Pierre) Naissance d’un hôpital. Journal de travail, Op. Cit., p. 23.
[28] Nous pensons à l’ouvrage de Vinciane Despret Au Bonheur des morts. Récits de ceux qui restent, Paris, La Découverte, 2015.
[29] Joseph (Isaac). « Prises, réserves, épreuves ». Communications, Op. Cit., p.131-142.
[30] Benjamin Boudou adopte une stricte perspective généalogique, fondée sur l’évolution du terme « hospitalité » à partir des dictionnaires, encyclopédies et des mythes qui leur sont associés, excluant toute dimension vécue, Boudou (Benjamin), Politique de l’hospitalité. Une généalogie conceptuelle, Paris, CNRS Editions, 2007.
[31] Trouillot (Michel-Rolph), Silencing the Past. Power and the production of History, Boston, Beacon Press, 1995.